Info      Livres      Presse       Home     
                                       ︎          ︎


>>> Eat me Baby (one more time)





                                                                       
                                                                                                      Photos Clémence Lesné.

Avec Elodie Petit et etainn zwerr, lors du festival Dangereuses Lectrices à Rennes (septembre 2020). Lire un extrait du texte ici. 









                    >>> And suddenly they were everywhere



Part of my project on translating sexualities and experimental translation,  I started recording my partner’s voices after sex.
What shape of languages, what kind of discourses emerges from those moments of intimacy ?
My partner’s discourse lists the step by step of freeing themselve from heterosexuality.
While they teach me a new language, they are talking about how it feels to discover  a new sexuality. There seem to be a fair balance in power and dominance. 
But are language and sexuality rooted with the same strength ? Can you forget a language you have been talking for more than 30 years ? Will I always feel like being in a bilingual relationship when dating a cis person or someone from a straight background ?
This sound is part on a larger project around those questions, where hearing raw live voices is at core. Intimacy shows in the entanglement of different voices. 



 

Dans mon projet de confronter le langage et la sexualité, j’enregistre les voix de mes partenaires et nos discussions après le sexe.
Cet enregistrement fait partie plus d’un projet plus large centré sur l’utilisation de voix live. Il s’intègre dans mes recherches sur les liens entre changer de genre et de language ainsi que sur les relations de pouvoir en jeu dans les langues et les corps. 
On y entend la voix de J, retraçant les étapes de sa sortie de l’hétérosexualité, pendant que je me questionne sur la façon dont je commence à évoluer dans un nouveau language.  




>>> distance / mordre





 







Performance multichorale, 

expérimentation sur l’écriture du sexe  
où les sensations prennent la parole,
les voix et les corps se superposent.

Les gestes de l’un.e retranscrits dans les paroles de l’autre, les paroles deviennent gestes traduits. 

La distance de soi à soi est mesurée par l’absence d’une réponse.

Les perceptions personnelles sont reléguées au second plan, à la distance, afin de la faire réunificatrice. 
L’écriture se concentre sur la description de faits et gestes explicites. 
Que faire des mots quand nos corps sont au premier plan, que faire de ses perceptions personnelles
pour saisir une réalité inventée à deux, 
quel autre language rôde, 
ici sous le tranchant des mots ? 










>>> Liste des émotions humaines améliorée